TINDER, HOOP, FRUITZ ET YUBO ou la chasse aux rencontres digitales

Avez-vous déjà rêvé du coup de foudre ? Vous savez ce moment ou vos regards se croisent et la comme par magie, c’est l’amour fou ? Eh bien, en 2021 n’y comptait plus trop… entre Tinder, hoop, fruitz et bien d’autres, l’amour au premier regard se fait de plus en plus rare… alors à vos claviers, la chasse aux rencontres a commencé !  

Tinder, le swipe du destin

Nous est-il vraiment utile de la présenter ? Avec ses plus de 4 millions d’utilisateurs, La seule et l’unique application de rencontre qui permet de trouver son âme sœur ou son meilleur ami en deux ou trois clics, roulement de tambours …… Tinder ! Eh oui, lancée en mai 2021 par Sean rad, Joe Munoz, Justin mateen, Alexa Mateen, Dinesh Moorjani, Jonathan Badee et Withney Wolfe Herd, cette application permet a ses utilisateurs de créer leurs propres profils en y ajoutant prénoms, noms, âges et lieux de résidences mais aussi leurs passions et musiques favorites. Pour faire des rencontres les nombreux utilisateurs de l’applications devront donc swipe sois à gauche (s’il n’aiment pas le profil) ou à droite si ,au contraire, ils apprécient le profil. Si les deux profils matchent, c’est-à-dire, si les deux individus se swipent a droite, ils pourront échanger en chat privé ! c’est tout simple !

Les + et les – de l’appli 

La simplicité d’utilisation est le moteur numéro 1 des créateurs de l’appli, une interface simple et compréhensible pour des utilisateurs de tous âges, genres et orientations sexuelles. Sans trop de chichis, vous pourrez naviguer sans soucis sur Tinder. De plus, Tinder veille à s’engager. En novembre 2016, Tinder s’associe à l’association « Gay & Lesbian Alliance Against Defamation » en offrant la possibilité de s’identifier en tant que personne transgenre, non binaire ou autres !

Évidemment, comme dans chaque succès, il y a des failles. Pour Tinder, il s’agit ici du prix… Un tarif augmentant de plus de 10e pour les plus de trente ans ! De plus, Tinder porte sur son dos énormément de scandale, tel que celui orchestré par la journaliste Judith Duportail. Celle-ci affirmait dans son livre, « L’amour sous algorithme » que chaque utilisateurs se voyait attribué une note secrète de « désirabilité » nommée Elo score. Cette note devait donc influencer les rencontres entre elles. Impensable, pas vrai ?

Fruitz, la chasse à la rencontre porte t’elle ses fruits ?

Fruitz ou LA découverte de ces dernières années. Cette application de rencontres, créée pat Julian Kabab réussie a faire de l’ombre à Tinder avec son concept rafraichissant ! Elle vous permet en effet de créer votre profil, tout ce qu’il y a des plus banal pour l’instant, mais en y ajoutant vos intentions ! pas très clair ? on vous explique !
En créant votre profil, vous pourrez y ajouter certains fruits qui indiqueront ce que vous recherchez sur l’application ! la pêche, pour une envie de pêcher avec toi ce soir (ce soir) le raisin, pour un verre de vin sans se prendre la grappe (pas de coup d’un soir). Cerise, pour trouver sa moite (sérieux). Pastèque pour des câlins récurrents sans pépins (sexfriends). Victime de son succès, elle possède maintenant pls de 5 millions d’utilisateurs !

Yubo, pour les jeunes, par les jeunes..

Enfin, connaissez-vous yubo ou plus anciennement Yellow ? mais oui cette application créée par 3 étudiants français Saha Lazimi, Jeremie Aouat et Arthur Patora ! Majoritairement dédiée à un public jeune (15-20 ans), cette application permet tout comme ses grandes sœurs tinder et fruitz de rencontrer du monde sans trop se fatiguer ! son plus, c’est les groupes de chat et les lives ! En effet, Yubo permet de créer son propre groupe de chat composé de plus de 10 utilisateurs. Il sera aussi possible de lancer des lives. Très popularisé dans les pays Anglo-Saxons, l’application permet de réaliser des concours de chant, de danse, ou de tout simplement discuter dans ces lives.

La sécurité, numéro 1 sur yubo ?

L’une des raisons pour lesquelles yubo est aussi populaire demeure être l’omniprésence de la sécurité ! l’application est faite pour que les mineurs et les majeurs ne puissent pas échanger ! Un énorme plus étant donné la montée des crimes sur mineurs en 2021. De plus, une photo de sois est obligatoire sur chaque profil. Celles-ci seront analysées par des algorithmes définissants l’âge de l’utilisateur. Si la photo ne semble pas correspondre à l’âge indiqué sur le profil, l’utilisateur en question devra prouver son identité en présentant sa carte d’identité, tout ça avec l’aide du partenaire de Yubo, Yoti. Évidemment, les contenus illicites sont aussi bannis lors de lives et/ou discussions.

Les failles dans tout ça ?

Évidemment, il y a toujours une faille ! malgré les nombreux moyens mis en place afin de lutter contre la pédopornographie, les insultes et l’intimidation. L’application est tout de même condamnée dans de nombreux articles tels que « 5 applications qui devraient terrifier tous les parents » par le Huffington Post ou alors le « Tinder pour les ados à la sécurité épouvantable ». De plus, comment ne pas parler des tribunaux…. Ces lives ou certaines utilisatrices de yubo passent en « procès ». Certains users de l’application s’amuseraient à condamner des jeunes filles pour leur actes sexuels dans des lives. Tout ça devant un public, souvent majoritairement mineurs.

Alors, entre tinder, fruitz, ou même yubo, faire confiance à ces applications de rencontre, une bonne idée ou pas ? impossible de se mettre d’accord. Nous tout ce qu’on sait, c’est que l’amour ne se trouve plus au coin de la porte.

Plus D'ARTICLES

Veille Marketing

Heartbreak hotel

Tinder, Bumble, Grindr, Hinge… Comment trouver l’appli de rencontre qui va matcher ? Si vous êtes Millénial ou Gen Z, vous avez probablement téléchargé une

Veille Marketing

Sur la plage abandonnée…

Vous êtes à la plage ? Si oui, vous risquez de croiser plus de plastique que de coquillages et crustacés… Au rythme actuel, en 2050,

Veille Marketing

Here comes the sun

Le confinement a obligé toute l’industrie de la pub et du marketing à se réinventer, pour la simple et bonne raison qu’aller au Monoprix était