Le geste artisan, le secret d’une start up de luxe

Interview de Sophie Gachet Directrice Générale de Vaincourt

Sans jargon marketing pompeux, Sophie nous dévoile sa vision et son quotidien : innover, impliquer, upcycler, maitriser un process de fabrication méticuleux. Elle raconte l’exigence d’une start up de luxe qui affirme franchement son identité sur le marché des ceintures.

 

Peux tu présenter Vaincourt ?

Cette maison, a été créée en 2011, par une entrepreneuse de la mode.  Elle a ouvert un magasin près de l’Opéra dédié aux ceintures. Début 2020, de nouveaux actionnaires ont racheté la marque, convaincus de son potentiel et m’ont proposé de rejoindre cette aventure entrepreneuriale avec pour objectif :  faire évoluer le business model qui reposait sur un magasin flagship en ouvrant l’international et accélérant le digital pour communiquer sur la désirabilité de nos modèles.

Nous sommes le pure player de la ceinture de Haute Maroquinerie.

C’est un accessoire de la vie de tous les jours incontournable, pour les femmes et les hommes. Au contraire du luxe s’exprimant par une ceinture statutaire très logotée, nous jouons la carte du style couture et design : nous nous adressons à une cible amatrice de belles pièces avec un branding plus discret. Le Made In France et la fabrication par des artisans talentueux ayant le sens du détail sont des atouts primordiaux. Nous représentons une alternative originale à des marques établies depuis plusieurs générations.

Peux-tu nous parler du geste artisanal, un mot très fort dans vos prises de parole ?

 

Nos ateliers sont situés dans le Limousin et en Normandie. De nombreuses finitions sont le signe d’une maîtrise du geste imparable. Le gainage de nos boucles de ceintures est absolument parfait et régulier, la teinture sur tranche est douce et ne déborde pas sur la doublure (plusieurs passages successifs sont nécessaires, cela prend du temps). Un autre geste de haute maroquinerie, c’est le filetage : nous soulignons la piqûre d’un filet qui vient parachever le bel ouvrage, simplement par amour du beau et de la tradition.

Les marques avec une approche plus industrielle et de plus grandes séries n’ont pas ce geste manuel. Nous tenons à préserver ces gestes manuels et cette notion de sensualité et de chaleur.

Vous êtes sensibles aux gestes et aux matières naturelles pour fabriquer des ceintures de luxe. Comment passe-ton à l’étape d’après : imaginer les collections ?

On travaille sur des corsets. L’élégance ne consiste pas seulement à porter la dernière robe à la mode, c’est savoir accessoiriser sa tenue. La durabilité et le respect de l’environnement sont clés dans notre vision. On peut limiter la surconsommation en ayant dans son dressing une robe qui peut avoir 5 ou 10 ans que l’on va réveiller avec une ceinture complètement originale et nos ceintures sont là pour ça. Elles sont très durables.

 

Vous êtes sensibles aux gestes et aux matières naturelles pour fabriquer des ceintures de luxe. Comment passe-ton à l’étape d’après : imaginer les collections ?

Les designers qui ont l’habitude de collaborer avec notre maison connaissent les valeurs de notre marque : élégance, pureté, courbes. Ils connaissent l’importance des formes et savent souligner la taille des femmes. Ils conçoivent ainsi nos corsets, ADN de la marque.

Dans l’univers de la mode et du luxe, il faut encourager et stimuler la création débridée : donner un cadre et laisser la créativité s’exprimer. Si nous-même, nous sommes surpris, nous pouvons surprendre agréablement nos clients. Nous souhaitons proposer une collection variée, de la ceinture fine aux corsets, des boucles qui s’effacent aux plus étonnantes…

 

 

 

Comment sélectionnez-vous les matières ?

Parfois, nous travaillons directement avec les fabricants des matières.
Par exemple, une jeune équipe d’ingénieurs lyonnais fabrique pour nous du cuir marin  en peau de saumon.  Nous obtenons ainsi un look avec des écailles sans exploiter des espèces protégées comme le crocodile ou le serpent. Le saumon étant déjà utilisé en alimentation et sa peau destinée à être brûlée, nous protégeons l’atmosphère !
Ces cuirs marins sont tannés et colorés de manière végétale. Nous sommes fiers d’être la première marque à lancer des ceintures en peau de saumon.

Lancées il y a quelques mois, ces ceintures font déjà partie de nos best-sellers au Bon Marché. Nos clients exigent un chic respectueux de l’environnement.

L’ensemble de nos doublures sont tannées avec des matières végétales. Notre tannerie italienne est la première avoir obtenu la norme Iso sur l’utilisation de l’eau notamment. Tanné et travaillé localement, notre cuir n’a pas traversé les océans.

De même pour nos packagings : ils sont fabriqués en Ile de France avec du papier issu de forêts responsables. Ronds et ludiques, on a envie de les conserver.

La plupart de nos boucles sont en laiton, ce qui les rend qualitatives et durables. Elles proviennent d’ateliers français ou italiens.

 

 

 

Y a-t-il un produit vedette ?

C’est la Délicieuse, cette ceinture s’inspire de l’infini. Elle se porte sur un pull, une chemise ou une robe. Elle est appréciée de toutes les clientèles et on ne la trouve nulle part ailleurs.
… chaque ceinture illustre un trait de caractère féminin !  Captivante, Céleste…

 

 

France, Amérique, Asie, devez-vous élaborer des stratégies spécifiques selon ces marchés ?

Nous avons plutôt développé une approche globale qui met en valeur les directeurs de magasins qui ont à cœur d’offrir à leurs client un conseil avisé. Ces personnes sont capables de verbaliser en quoi nos ceintures sont uniques, artisanales, luxueuses et agréables à porter. Ils connaissent leurs clients et savent agir comme de véritables fashion advisers.

 

Comment le retail et le digital cohabitent-ils ?

Comme partout !  J’ai la conviction que l’un ne fonctionne pas sans l’autre.
Nous sommes fiers d’être sur la plate-forme de Neiman Marcus aux États-Unis et savons optimiser nos ressources pour créer du contenu original et pertinent.

 

Quels rôles ont les réseaux sociaux ?

Sur les Réseaux sociaux, Instagram est notre priorité. Nous y diffusons notre ADN, le design, la qualité, le Made in France. C’est l’opportunité de présenter les gestes artisans en détail, ou d’expliquer comment réveiller sa petite robe noire avec un beau corset.
Nous aimons engager notre communauté : pendant le confinement, nous avons fait travailler notre communauté sur la ceinture idéale. En fédérant leurs souhaits, nous avons co-créé la Captivante, ceinture no gender qui fait partie de nos 3 best-sellers.

 

Quel a été le process de co-création ?

Nous avons lancé un questionnaire avec plusieurs questions fermées sur les composantes d’une ceinture : largeur, dessin de la boucle, type de cuir, finitions et détails de la lanière. Puis nous avons fait une deuxième série avec de dessins. L’engagement et l’enthousiasme de notre communauté ont été très forts et nous avons rapidement lancé ce modèle, à la fois luxueux et cool.

 

Venant d’un grand groupe de luxe, qu’est-ce que cette aventure a changé dans ta manière de travailler ?

Dans une grande maison de maroquinerie, j’ai appris les fondamentaux du luxe artisanal et de son rayonnement international ainsi qu’une certaine forme de rigueur et d’organisation. Dans une start up, il fait mettre cela en musique.
Je me sens maintenant une véritable ambassadrice de ma marque et j’ai réussi à aligner mes valeurs à mes missions: goût pour le beau, transparence, franchise, soutien au Made in France, respect de l’environnement. Le plaisir au travail et l’esprit d’équipe sont également des moteurs : les décisions sont horizontales et les frontières entre le job d’une Directrice Générale, d’une Community Manager ou d’une Responsable Commerciale peuvent se mélanger. Cet état d’esprit doit être perçu à l’extérieur et peut vous aider par exemple à recruter un agent commercial que vous n’avez jamais vu à cause du confinement et l’aider à décliner nos valeurs dans son réseau

 

Pourrais-tu nous décrire les enjeux de demain ?

2020 fut l’année du renouveau et des solutions immédiates pour faire face à la crise sanitaire.
2021, nous a permis de consolider et réécrire les fondements de la marque, l’ouvrir à l’international et reconstituer le réseau France. Nous avons également posé les bases du digital.

Nous visons aujourd’hui de nouveaux marchés : Moyen-Orient, Europe, Asie.
Nous voulons être fidèle à notre promesse : proposer à notre clientèle des produits inventifs et désirables.
…cela, sur fond de respect de l’environnement. Nos ceintures sont durables, elles traversent les modes. Elles vont permettre de donner une nouvelle vie à votre dressing, la petite robe noire, le jean favori….

Site de Vaincourt :  https://www.vaincourt.com/
Instagram : https://www.instagram.com/vaincourt_paris/

 

 

 

Plus D'ARTICLES

Veille Marketing

Gagner la bataille de l’attention

Si les spécialistes des neuro-sciences nous expliquent que chaque jour, nous sommes confrontés à plus de 2 000 marques et 15 stimuli publicitaires (en plus