Insectes et Algues : l’alimentation pour tous ou presque

Question pour un champion alimentation : je suis bourré de protéines, je suis riche en fer et en vitamines ; à volume égal, mon élevage génère à peine 1% des émissions de gaz à effet de serre de celles émises par le bœuf ; je suis facile à transformer en farine ou en huile ; je constitue probablement LA réponse à l’alimentation de demain (pour le bétail à court terme et à plus long terme pour l’homme)…

Un cadre légal en pleine évolution

Si les sauterelles grillées ou les abdomens de fourmi confits sont dans toutes les assiettes en Asie, en Afrique ou en Amérique latine, tout ça ne va pas encore de soit en Europe et les insectes sont soumis à la règlementation européenne de 2015 sur les nouveaux aliments « Novel Food ». Mais la donne pourrait vite changer, avec la première autorisation (accordée le 4 mai) de mise sur le marché par la Commission européenne de vers de farine jaunes séchés (des larves du coléoptère Tenebrio molitor). Appétissant non ?

Si cela vous a ouvert l’appétit, voici quelques adresses (bien notées et parfois insolites) pour découvrir et inviter vos amis à l’entomophagie.

  • Les insectes raffinés chez Le Festin Nu (Paris 18). Dans ce bar-restaurant, qui semble banal à première vue, scarabées frits, vers à soie, sauterelles grillées et scorpions séchés côtoient les burgers et saumons fumés sur la carte.
  • La Lucha Libre (Paris 5). Entre deux combats entre amis, cette cantine-bar-ring mexicaine vous propose de reprendre des forces et une bonne dose de protéine en croustillant dans des scorpions, fourmis et autres criquets.
  • A l’apéro, en amuse-gueule, roulés au chocolat pour le dessert, les insectes sont arrivés sur la carte d’Al Pizza à Guidel (Morbihan).
  • Vincent Jeannin, traiteur et restaurateur place Royale (Pau), accommode les insectes à différentes sauces.

Côté marque, Clément Scellier et Bastien Rabastens ont créé la marque Jimini’s. Plus original que des chips au BBQ, cette gamme de produits révolutionne l’apéro avec des criquets saveur poivre & tomates séchées ou Molitors (scarabées) saveur ail et fines herbes. Pour la team sucrée, vous trouverez aussi des Molitors caramel beur salé.

Ynsect, pionnière et innovante

Plus qu’une tendance culinaire, les insectes semblent pouvoir résoudre pas mal de nos problèmes, notamment concernant les questions environnementales et la demande mondiale croissante de protéines et de plante. Et c’est le parti pris de la start-up Ynsect. Créée en France en 2011, elle transforme les insectes en ingrédients premium à haute valeur ajoutée pour les animaux, les poissons, les plantes et demain les êtres humains. Pour cela, Ynsect exploite des technologies de rupture pour élever des scarabées Molitor et Buffalo dans des fermes verticales à empreinte carbone négative. Elle a déjà levé 425 millions de dollars, construit actuellement sa troisième unité de production, la plus grande ferme verticale du monde, à Amiens, et exploite deux sites en France (depuis 2016) et aux Pays-Bas (depuis 2017). Nous ne sommes pas les seuls à croire à cette  success story.  Ironman (ou plutôt Robert Downey Jr) a fait la promo d’Ynsect lors de son invitation au « Late Show » pat Stephen Colbert. C’est “une immense innovation dont la consommation par l’Homme vient d’être approuvée par l’Union européenne”, a affirmé l’acteur et investisseur de la start-up.

Sous l’impulsion de quelques start-ups comme Ynsect, brillantes et visionnaires, la France est en train de devenir leader dans l’élevage et la transformation des insectes. Auchan et InnovaFeed proposent du  porc dont l’alimentation a été enrichie à l’huile d’insecte. Et ce n’est évidemment qu’un début.

Idem pour les algues. « Les algues peuvent apporter une vraie réponse pour l’alimentation indirecte, quand elles sont intégrées dans l’alimentation animale et végétale, mais aussi pour l’alimentation directe, comme c’est le cas en Asie depuis des siècles », estimait Vincent Doumeizel, conseiller Océan au Pacte mondial de l’ONU, lors de l’Alg’Week, événement digital qui s’est tenu du 1er au 5 mars.

Insectes et algues sont donc amenés, au moins indirectement, à investir nos assiettes. Si on parle aussi beaucoup de nourriture imprimée en 3D, d’aliments génétiquement modifiés ou de viande in vitro, les experts semblent plus divisés. Il y a donc fort à parier que l’alimentation du futur, qui n’en finit pas d’alimenter les fantasmes, soit finalement moins spectaculaire que ne l’imaginent certains mais plus adaptée aux attentes réelles des consommateurs (et donc mieux acceptée) et surtout aux ressources disponibles. Aucune innovation ne peut désormais faire l’impasse sur ces questions.

Avertissement : âme sensibles s’abstenir

PS : Spécial avertissement pour les allergiques aux crustacés et aux acariens : ne vous y risquez pas trop ! Dans un avis de novembre 2020, l’Agence européenne de sécurité alimentaire (Efsa) alerte sur le fait que la consommation de vers de farine « peut induire une sensibilisation primaire et des réactions allergiques aux protéines [de ces vers] et peut provoquer des réactions allergiques chez les sujets allergiques aux crustacés et aux acariens ».

 

Plus D'ARTICLES

Veille Marketing

Revenge spending

5,8%, c’est la hausse du PIB mondial estimée par l’OCDE en 2021. La machine se remet donc en marche. Hausse de la production manufacturière, forte