Du brocoli made in Mars

Les voyages spatiaux de longue distance, tels que les missions vers Mars, suscitent de nombreux défis pour les agences spatiales comme la NASA. Outre les aspects techniques et logistiques, l’alimentation des astronautes représente un enjeu crucial à résoudre. Mais quelles sont les contraintes et quelles solutions sont envisagées pour nourrir les futurs explorateurs interplanétaires ?

Les défis de l’alimentation spatiale

Lors des voyages spatiaux de longue durée, les astronautes doivent faire face à des contraintes majeures en matière d’alimentation. Les ressources alimentaires doivent être légères, compactes et faciles à conserver, afin d’optimiser l’espace à bord du vaisseau spatial tout en garantissant la fraîcheur des aliments. De plus, les repas doivent fournir tous les nutriments nécessaires pour maintenir la santé et la vitalité des astronautes dans des conditions extrêmes.

Les solutions innovantes en cours de développement

Pour relever ces défis, plusieurs initiatives sont en cours de développement. La start-up Orius, sélectionnée par le CNES, travaille sur la culture de plantes dans l’espace à l’aide d’une serre embarquée. Grâce à des technologies innovantes, telles que des néons lumineux imitant les cycles naturels, il est possible de cultiver des légumes frais et nutritifs dans des conditions similaires à celles de la Terre. Ces cultures hydroponiques permettent de produire des aliments tout en optimisant l’utilisation des ressources disponibles à bord du vaisseau spatial.

L’action de Thierry Marx : la gastronomie spatiale

Parmi les acteurs clés de cette recherche culinaire interstellaire, le chef Thierry Marx joue un rôle central. Cofondateur de la chaire « cuisine du futur » à l’université Paris-Saclay, en collaboration avec Raphaël Haumont, il s’attèle à créer des recettes adaptées à l’environnement spatial. Confronté au défi de la perte de goût (agueusie) induite par l’impesanteur, Thierry Marx travaille avec une équipe pluridisciplinaire pour relever ce défi gastronomique. En collaboration avec des chercheurs, des producteurs, des innovateurs et des scientifiques, il explore des solutions pour stimuler les saveurs et conserver la succulence des plats dans l’espace.

Vers une alimentation diversifiée et durable

D’autres initiatives visent à diversifier l’alimentation spatiale en introduisant de nouvelles variétés de plantes et de protéines. La start-up Timac Agro développe une technologie permettant de cultiver des plantes riches en protéines sur la future station lunaire, en utilisant de manière optimisée les ressources en eau, en espace et en énergie. De plus, des recherches sur l’impression 3D alimentaire ou le recyclage des déchets organiques ouvrent la voie à la création de repas personnalisés et nutritifs à partir de matières premières disponibles à bord du vaisseau spatial.

Conclusion : vers une alimentation spatiale durable et adaptée

En somme, l’alimentation des astronautes dans l’espace représente un défi de taille, mais les avancées technologiques et les initiatives innovantes ouvrent de nouvelles perspectives. Grâce à la collaboration entre chercheurs, entrepreneurs et agences spatiales, il est possible d’imaginer une alimentation diversifiée, durable et adaptée aux besoins des explorateurs de l’espace. Ainsi, l’exploration interplanétaire s’annonce non seulement comme une aventure scientifique, mais aussi culinaire, avec la promesse de déguster du brocoli sur Mars et bien d’autres mets cosmiques à découvrir.

https://www.orius.co/fr

Plus D'ARTICLES

Uncategorized

Markus Rashford et Burberry: un une-deux naturel

L’annonce selon laquelle l’organisme d’examen AQA envisage d’utiliser Marcus Rashford comme étude de cas sur la meilleure façon d’utiliser les médias sociaux pour initier un