6 nuances de greenwashing

Nous connaissons tous des exemples frappants de Greenwashing, certains d’entre eux ont gagné le prix Pinocchio ; nous allons aujourd’hui décortiquer six termes colorés du monde du marketing environnemental. Attachez vos ceintures, ça va secouer !

  1. Greenhushing : Le Mutisme Écologique Imaginez le greenwashing, mais en version muette. Certaines marques choisissent de se la jouer discrètes sur leurs efforts écologiques, préférant rester dans l’ombre plutôt que de se retrouver sous les projecteurs des associations écologistes. C’est comme jouer à cache-cache avec la planète, mais avec moins de rires et plus de culpabilité.
  2. Greenshifting : L’Inversion des Responsabilités Ah, le greenshifting, cette pratique qui consiste à faire porter le chapeau au consommateur pour les dégâts environnementaux. C’est comme si un pétrolier disait : « Vous voulez réduire vos émissions ? Super, mais on ne vous dira pas que 96 % de nos dépenses vont encore dans le pétrole et le gaz. À vous de jouer ! ». Un peu comme donner un balai à quelqu’un pour nettoyer une marée noire.
  3. Greencrowding : L’Art de se Fondre dans la Masse Le greencrowding, c’est un peu comme se faufiler dans une foule pour éviter de se faire remarquer. Certaines grandes entreprises se regroupent dans des alliances écologiques pour se donner une façade verte, mais les chiffres révèlent souvent une réalité beaucoup moins écolo. C’est comme si un loup se déguisait en mouton pour passer incognito.
  4. Greenligthing : L’Arbre Qui Cache la Forêt Ah, le greenligthing, cette stratégie qui consiste à pointer du doigt les projets écologiques pour mieux cacher les activités nuisibles. Les constructeurs automobiles qui vantent leurs voitures électriques tout en continuant à produire en masse des véhicules polluants en sont de bons exemples. C’est un peu comme si quelqu’un se vantait d’avoir recyclé une canette tout en jetant des sacs plastiques par la fenêtre de sa voiture électrique.
  5. Greenlabelling : Le Marketing Vert Le greenlabelling, c’est un peu comme mettre du maquillage sur un cochon et prétendre que c’est un panda. Certaines marques utilisent des emballages écologiques et des termes trompeurs pour donner l’impression que leurs produits sont verts, même s’ils sont aussi écolos qu’une voiture de course dans une réserve naturelle. C’est comme mettre un autocollant « Bio » sur un hamburger et espérer que personne ne remarque la différence.
  6. Greenrinsing : Entretenir la Confusion Ah, le greenrinsing, cette pratique qui consiste à changer régulièrement ses objectifs environnementaux pour mieux embrouiller tout le monde. Coca-Cola, par exemple, a décidé de diviser par deux son objectif d’utilisation de matériaux recyclés, comme si réduire ses efforts environnementaux était une nouvelle mode. C’est comme si quelqu’un changeait de résolution chaque semaine pour éviter de faire le ménage chez lui.

Voilà, vous êtes maintenant prêts à naviguer dans les eaux trop souvent troubles du marketing environnemental !

Plus D'ARTICLES

Uncategorized

Sac Basic Fit : simple et génial

Depuis son arrivée sur le marché français il y a une décennie à peine, Basic Fit, la chaîne de salles de sport discount, connaît un

Uncategorized

6 nuances de greenwashing

Nous connaissons tous des exemples frappants de Greenwashing, certains d’entre eux ont gagné le prix Pinocchio ; nous allons aujourd’hui décortiquer six termes colorés du