Quand les marques envahissent les clips.

Un verre de Martini pour James Bond ou un cachet de Pepto Bismal pour les héros de Transformers, on a l’habitude. Les films ont toujours été des médias particulièrement recherchés par les marques pour mettre en scène leurs produits, du film muet The Garage aux 45 marques visibles dans Transformers, comme le montre cette vidéo :

[youtube wACBAu9coUU 579]

Mais les annonceurs peuvent désormais étendre leur champ d’action en investissant les séries et les clips musicaux, puisque le CSA les y autorise depuis début 2010.

Pour être présent dans un clip, le prix varie de 5 000 et 100 000 Euros. Olivier Bouthillier, dans une interview de 20minutes.fr, explique : « Le clip est très prisé car il possède de nombreux atouts : il propose un environnement de grande qualité, il permet un ciblage très pointu, il est gratuit, le public choisi de le regarder et même de le revoir et, enfin, on peut le regarder en groupe« .

L’enjeu est tel que Universal Music France a lancé un département, U-Think!, chargé de gérer les placements de produits, et mesure les retombées grâce au logiciel Quattro lancé par la société Public Impact.

Quelques exemples français : des produits cosmétiques Halal dans le clip « Je reviendrai » de Sheryfa Luna, un coupé sport dans « A la campagne » de Bénabar… mais rien de comparable avec le clip « Téléphone » de Lady Gaga, qui regroupe plus de 20 annonceurs.

[youtube EVBsypHzF3U 579]

Inversement, il est désormais possible de retrouver un produit porté par une personne à la télévision grâce à ce site internet : http://www.brandsonair.com

Plus D'ARTICLES

Veille Marketing

Heartbreak hotel

Tinder, Bumble, Grindr, Hinge… Comment trouver l’appli de rencontre qui va matcher ? Si vous êtes Millénial ou Gen Z, vous avez probablement téléchargé une

Veille Marketing

Sur la plage abandonnée…

Vous êtes à la plage ? Si oui, vous risquez de croiser plus de plastique que de coquillages et crustacés… Au rythme actuel, en 2050,

Veille Marketing

Here comes the sun

Le confinement a obligé toute l’industrie de la pub et du marketing à se réinventer, pour la simple et bonne raison qu’aller au Monoprix était